Des garnements s’emparent de la scène: saine insolence

L’écriture féroce de Marion Aubert est doublement servie au Grütli. Faut que ça saigne!

Voir l’article